NOUVELLES SOLUTIONS ALTERNATIVES ET INTERCONNECTEES DE TRANSPORT


   

 

 

Objectifs


  • Faire évoluer les pratiques de mobilité en soutenant les modes de transports alternatifs et l’intermodalité
  • Développer des modes de transports durables moins émetteurs de gaz à effet de serre
  • Renforcer l’accès de la population aux services, à l’emploi, à la formation, en facilitant l’accès de tous à l’offre de mobilité

 

 

Actions éligibles


 

Sensibilisation et promotion :

  • Sensibilisation, information et conseil en mobilité (collectivités, employeurs, particuliers)
  • Promotion des dispositifs de mobilité durable (Plans de Déplacement Entreprises/ Administrations-PDE/PDA), éco-mobilité scolaire, vélos en libre-service…) et des nouveaux modes de transports alternatifs créés  sur le territoire

 

Accompagnement préalable :

  • Etudes de faisabilité et définition de projets de modes alternatifs et durables de transports (modes doux individuels, transports collectifs, Transport à la Demande (TAD), covoiturage, autres initiatives innovantes)

 

Développement des modes alternatifs de transports :

  • Création et développement de modes alternatifs de transports et de projets innovants de mobilité
  • Développement des modes doux (cheminements piétonniers, aménagements cyclables…), dans le cadre d’une réflexion globale sur l’aménagement de la commune, en lien avec les aménagements existants (voies vertes, voies douces, circuits pédestres/cyclistes balisés…)

Modes alternatifs de transport se définissent par défaut comme modes de transport qui constituent une alternative à l’utilisation individuelle de la voiture ou de deux-roues thermiques. Les modes doux, l’auto-partage, le transport à la demande, les vélos en libre-service, le covoiturage, les véhicules biogaz ou encore la mobilité électrique sont considérés comme des modes alternatifs. Tous ces modes alternatifs contribuent à la diminution des émissions de GES et des polluants de l’air.

 

Bénéficiaires


  • Collectivités locales, EPCI et communes
  • Etablissements publics
  • Chambres consulaires
  • PME/micro-entreprises au sens de la règlementation communautaire
  • Associations
  • PNR Normandie-Maine

 

 

Dépenses éligibles


Dépenses matérielles :

  • Aménagements extérieurs (traitement du sol, travaux paysagers, mobilier urbain, signalisation, signalétique)
  • Equipement et matériel (informatique, bureautique, technique, pédagogique, mobilier)

 

Dépenses immatérielles :

  • Frais de personnel : frais salariaux (salaires et charges),
  • Frais de fonctionnement directement liés à l’opération (achat, location de salles/ de matériels, frais de réception)
  • Prestations externes : études, conseils, diagnostics, expertises, formation
  • Communication (élaboration, impression et diffusion de documents, outils de communication, site internet et réseaux sociaux web, outils numériques de valorisation, signalétique)

 

Le maître d’ouvrage devra assurer un traçage précis du temps de travail de ses personnels ayant en charge en interne la réalisation de l’action.

 

 

Montant de l’aide


  • De 2 000 € à 15 000 € selon les projets

 

 

Quelques exemples, ici et ailleurs


A compléter